Roquette Frères

 

ROQUETTE FRERES

De sa genèse aux années 50

L’alliance d'une vieille famille d'hommes de loi du Rouergue, province au rude climat, non loin des monts du Cantal, avec une famille industrielle du Nord engagée depuis plus de 100 ans dans l'industrie textile ne pouvait que favoriser l'éclosion de tempéraments vigoureux et prêts à se donner pour une réalisation intéressante de leur vie ; les deux frères Dominique et Germain ROQUETTE étaient de cette trempe. Dominique ROQUETTE

Avec leurs sept frères et sœurs, ils avaient reçu de leurs parents, dont le père était avocat à Lille, une éducation très stricte, marquée surtout du sens du travail, du goût de l'effort et de l'attachement aux valeurs morales et familiales.

 

Dominique ROQUETTE (1890-1952)

 

En 1912, Dominique ROQUETTE, alors âgé de 21 ans et qui semble avoir des dispositions pour le commerce, est introduit par son père chez un sérieux courtier en grains à Lille, M. Chevresson ; après une année d'expérimentation, il en devient l'associé quand survient la guerre, avec sa mobilisation, au cours de laquelle deux de ses frères donnèrent leur vie pour la défense de notre pays.

A son retour au bureau de courtage en 1919, Dominique après avoir repris la succession de M. Chevresson, propose à son frère Germain de venir travailler avec lui ; cinq années plus tard, en 1924, ils décident de s'associer sous le nom de SODACO - D. et G. ROQUETTE, avec transfert de leurs bureaux dans le nouvel immeuble de la Chambre de Commerce de Lille, pour se trouver sur le lieu même de la bourse des grains qui s'y tenait chaque mercredi.

C'est donc dans les trois bureaux du second étage que les frères ROQUETTE, avec quatre employés, ont commencé leur vie professionnelle avant de devenir le groupe ROQUETTE Frères, avec ses 4 500 collaborateurs en France et de par le monde (7 800 en 2013).Germain ROQUETTE 1987-1970

Sous l’impulsion de nos dynamiques fondateurs, la société de courtage prend rapidement de l'importance en créant deux antennes à Paris et Anvers, et en se spécialisant dans les céréales d'importation : riz, maïs, orge, blé d'Amérique du Nord. A cette époque, ce commerce d'importation était totalement libre mais avec des signes annonciateurs de réglementation qui se sont d'ailleurs concrétisés par la création de l'Office du Blé en 1936.

 

Germain ROQUETTE (1897-1970)

 

Dans l'intervalle, en 1930, en pleine période de crise commencée en 1929 aux Etats-Unis, un de leurs clients, les Maïseries du Nord à Marquette-lez-Lille, se trouve en difficulté de paiement et propose aux frères ROQUETTE, dont il apprécie la compétence et le dynamisme, de venir prendre la direction de son entreprise pour contribuer à son redressement ; le défi est accepté et relevé si bien que deux ans plus tard la situation est rétablie ; pour les deux frères, c'est la découverte passionnante de la responsabilité d'une entreprise industrielle avec toutes ses dimensions de risque, d'engagements, de choix d'investissements, de marché à développer, d'hommes à animer et à entraîner vers un même objectif qui apporte à chacun sa meilleure réalisation.

Forts de cette première expérience industrielle, les frères ROQUETTE recherchent alors l'idée d'une création d'entreprise, apparentée aux matières premières agricoles qu'ils connaissent et dont le produit fabriqué pouvait trouver sa place sur le marché. C'est au cours de leurs recherches et compte tenu de leurs relations industrielles importantes, notamment dans le monde du textile, dont les usines étaient à l'époque nombreuses et importantes, qu'ils se sont rendu compte que les tissages avaient à employer de la fécule de pommes de terre pour l'encollage des fils avant tissage, de même que les teintureries pour la réalisation de certains apprêts, et que cette fécule provenait surtout d'importation hollandaise, alors que les pommes de terre, dites de variétés féculières, pouvaient évidemment s'obtenir dans le Nord.

L'idée bien étudiée pouvait se tenir, les données de l'équation étaient de nature à inspirer confiance, le courage ne manquait pas et c'est ainsi que les deux frères, avec appui financier familial, prennent en novembre 1933 la décision de monter une féculerie sous le nom de ROQUETTE Frères "GRANDES FECULERIES DU NORD" avec acquisition d'un "vaste" terrain situé à Lestrem, (5ha selon M. Philippe Roquette), à 35 km de Lille. L'aventure industrielle était lancée et elle ne devait plus s'arrêter...

 

La première usine à Lestrem dans le Nord / Pas-de-Calais

 

Adam GrunewaldAussitôt la décision prise, la première démarche est d'engager un ingénieur, susceptible d'assumer la construction de l'usine en un temps record ainsi que la responsabilité de son fonctionnement. Pour y parvenir, les deux frères font appel au Père LESAFFRE, directeur de l'Institut Catholique des Arts et Métiers à Lille, qui leur recommande un nouveau diplômé, originaire de Lorraine, et plein d'ardeur, Adam GRUNEWALD. Avec enthousiasme, M. GRUNEWALD adhère au projet, se donne à la tâche qui lui est confiée, et en septembre 1934, non sans difficultés, l'usine écrase ses premières pommes de terre, et la fécule produite est vendue pour une part, comme prévu, auprès des industriels textiles, et pour l'autre, dans le secteur des industries alimentaires.

Adam GRUNEWALD (1911-1967)

Encouragés par ce premier résultat mais n'étant pas hommes à se satisfaire d'une usine ne tournant que trois mois par an pour la durée d'une campagne de pommes de terre, les frères ROQUETTE se rendent vite compte qu'il serait intéressant et possible, à partir de la fécule, d'en transformer toute l'année une partie en glucose, très utilisé dans les usines de confiseries ; la décision en est prise en 1935, ce qui permet en même temps d'accroître la production de fécule pour ce nouveau débouché, de même l'année suivante pour l'élaboration de dextrines, destinées aux industries de colle et de fonderie.

Dans l'intervalle, leur plus jeune frère Bernard vient renforcer l'équipe de Lestrem pour prendre en charge les contrats de culture de pommes de terre ; son concours devait hélas être abrégé par la maladie qui l'emportera par la suite malheureusement trop tôt.

Après avoir maîtrisé la production de fécule, ROQUETTE en vient ainsi, avec le glucose et la dextrine, aux produits de deuxième transformation. C'est alors que la partie s'avère plus serrée parce qu'il fallut se rendre à l'évidence que le prix de revient du glucose, à base de fécule était plus élevé que le glucose à base d'amidon, obtenu à partir de maïs d'importation puisqu'à l'époque cette  culture n'était qu'à peine développée en France... et avec très faible droit sur le cours mondial.

Qu'à cela ne tienne, le défi sera à nouveau relevé et en 1938 les frères ROQUETTE en viennent à l'idée que pour continuer à produire du glucose mais à un prix plus compétitif il faut pouvoir disposer d'une amidonnerie de maïs ; raisonnement qui s'avérera plus tard à l'origine de la  seconde étape combien importante du développement de leur entreprise.

Mais la guerre, survenant l'année suivante, oblige à mettre en veilleuse la réalisation du projet en même temps que l'activité de l'entreprise ; le conflit mondial accapare les hommes et les esprits et les priorités sont évidemment ailleurs.

Ainsi s'arrête la première étape, qu'on peut appeler celle des pionniers ; elle fut marquée d'une immense somme d'efforts ; chacun se donnait avec confiance à la tâche entreprise, sans regarder à sa peine ni à son temps ; M. GRUNEWALD et M. Gérard GOUBE comme nouvel ingénieur et quelques contremaîtres qui ont marqué cette rude période parmi lesquels MM. Gaston LOURME, Léon DUBAELE, Daniel FREMAUX, Marcellin DELBECQUE, Marin GREMBER, Fleury BOULLET, sans oublier les autres tout aussi méritants dont beaucoup ont leurs descendants toujours présents dans l'entreprise et de leur côté les frères ROQUETTE trouvaient leur premier appui commercial et administratif parmi leurs fidèles collaborateurs du courtage : MM. BLANCHART, TILLY, GHESQUIERE, MORLIGHEM et BALLOY avec, par la suite, le jeune Jean-Marie DAUCHY. En pensant à eux et à tous ceux qui ont participé à ces premières années d'entreprise, il n'est que juste qu’honneur leur soit rendu.

Sitôt la paix revenue, les frères ROQUETTE se remettent à l'ouvrage en reprenant leur projet d'amidonnerie de maïs et dès l'année 1946 les premiers tonnages de maïs, alors en provenance des Etats-Unis, arrivent à Lestrem. Suivent alors des années où à la faveur du renouveau industriel, les deux frères, assistés de M. GRUNEWALD et de leurs collaborateurs peuvent donner la pleine mesure de leur esprit d'entreprise, entraînant et motivant avec eux une équipe de plus en plus étoffée qui, à tous les niveaux, partageait leur dynamisme pour contribuer au développement de l'entreprise. L'objectif était à la fois simple et ambitieux, celui de tirer partie au maximum de la matière première amylacée à l'époque fécule et amidon de maïs, pour réaliser la gamme la plus étendue possible de produits découlant de ces matières.

Pour parvenir aux étapes successives de ces développements, un premier laboratoire de recherche, complété par un atelier pilote, est édifié en 1951, qui permet la mise au point de nouveaux produits, avec notamment le démarrage de la production de dextrose, issu du glucose, et celle du sorbitol, dérivé lui-même du dextrose, autant de produits qui allaient être appelés à un avenir prometteur ; en même temps, l'organisation des ventes se renforce d'un service technico-commercial et commence à étendre son action vers l'exportation, notamment vers l'Allemagne et l'Italie, marchés certes exigeants, mais dont la taille justifiait amplement les efforts pour s'y introduire ; développement autant technique que commercial dont l'énoncé est en soi assez simple mais qui sous-entend une synergie de  compétence, de courage et d’efforts chaque jour renouvelés.

C'est dans ce contexte d'entreprise qu'il avait contribué au premier chef à diriger et animer que survient prématurément en 1952 le décès du frère aîné Dominique ; mais l'élan était donné et son frère Germain lui succède à la tête de l'entreprise avec l'appui des premiers collaborateurs auxquels sont venus ces années-là s'ajouter notamment à Lestrem, MM. BATAILLE, HUCHETTE et MANGIN, ainsi que quelques ingénieurs, et à Lille MM. ROUSSEAUX, VANDERBEKEN, MACHIN et MAHON, en même temps qu'arrivaient aussi les jeunes membres familiaux de la seconde génération MM. Louis, Germain, Philippe et Claude qui ne demandaient qu'à se donner à l'œuvre entreprise, tandis que les bureaux trop exigus de la Chambre de Commerce avaient été transférés boulevard Vauban.

Usine dans les années 50

Usine de Lestrem dans les années 1950

La progression se poursuit alors rapidement, tant en produits à base de fécule que d'amidon, et pour y faire face, l'usine de féculerie est transférée, à une échelle plus importante, à VECQUEMONT dans la Somme en 1956, tandis que LESTREM se concentre en amidonnerie de maïs et ses dérivés. C'est à cette même époque que l'occasion se présente de la reprise d'une petite amidonnerie de blé à CAMBRAI, permettant à ROQUETTE Frères d'accéder à la troisième source de matière première amylacée qui elle aussi s'avéra par la suite bénéfique pour l'entreprise. Mais le courant d'exportation en se développant commençait à projeter l'entreprise hors de ses frontières et se profilait à l'horizon, vers 1957, l'intérêt de s'y implanter. C’est alors que commence pour ROQUETTE Frères la période de la grande expansion qui allait se poursuivre pendant plus de trente ans.

Source : Petites Histoire de Lestrem II par l'association Valorisation du Patrimoine de Lestrem.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Actualités

Interdiction de circuler place...

Sens interdit

..du 8 mai, face à la mairie, 29 &...

En savoir plus...

ZA des Graissières : une parcelle à...

ZA des graissières

La CC Flandre Lys commercialise les parcelles...

En savoir plus...

Permanence "urbanisme & technique"

Urbanisme logo

Nouveau ! Afin de vous faire profiter d'un...

En savoir plus...

Agenda

Septembre, 2018
< << Aujourd'hui >> >
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter et recevez régulièrement les informations de la commune.

Recherche


Lestrem 2011 - Conception JVS-Mairistem